Skip to main content

Rénovation énergétique

Nous proposons une rénovation énergétique pour les logements particulièrement énergivores : les passoires thermiques. Nos solutions permettent de diminuer la consommation et les émissions de gaz à effet de serre de votre habitat tout en le valorisant sur le marché. 


De nombreux logements possèdent une isolation de mauvaise qualité qui conduit à des consommations énergétiques importantes et parfois même à des conditions de vie difficiles. Leur étiquette énergétique est classée F ou G. Une solution adaptée doit donc être mise en place.

Cette rénovation a pour but de limiter au maximum les besoins de chauffage et de climatisation en isolant le bâtiment de manière performante et en améliorant le système de ventilation. Dans un second temps, des équipements de chauffage et de rafraichissement plus performants peuvent être installés.

Pour mener à bien un projet de rénovation énergétique, il faut avoir une vision d’ensemble et pouvoir traiter les interfaces entre les différentes parois et équipements, permettant une meilleure performance et une réduction durable de la consommation énergétique.


Les Aides

L’Etat permet aujourd’hui l’obtention de différentes aides nationales et régionales, certaines sans conditions de ressources. Que vous habitiez dans un logement individuel ou en copropriété, vous pouvez accéder à plusieurs dispositifs : MaPrimeRénov’ alloue ainsi une prime pour financer des travaux de rénovation énergétique. Il y a également l’Agence nationale de l’habitat (Anah), les CEE, mais également l’éco-prêt à taux zéro qui représente également un moyen de financer vos travaux de rénovation énergétique. Nous réalisons les démarches nécessaires auprès des différents organismes, et effectuons la gestion et le suivi de vos demandes de subventions. L’éligibilité des travaux reste l’élément déterminant pour bénéficier de ces aides.

Selon le rapport : Cerema (juin 2017). 500 maisons rénovées basse consommation. Enseignements opérationnels des programmes « Je rénove BBC » en Alsace, nous partageons quelques extraits sur leur analyse de la rentabilité des rénovations énergétiques :

  • « Parmi les opérations bénéficiaires « sans les aides », 31 opérations ont des taux de rentabilité interne théoriques qui dépassent les 10 %. Sur l’ensemble de l’échantillon sans aide, la médiane des taux est de 8,2 %. Dans le cas « avec les aides potentielles », 47 opérations ont des taux de rentabilité interne théoriques qui dépassent les 10 %. Sur l’ensemble de l’échantillon avec aide, la médiane des taux est de 10,8 %. En rapprochant les rénovations énergétiques réalisées et des placements financiers sur 30 ans (sur du long terme) dont le taux est à comparer à celui du taux de rentabilité interne calculé, les opérations de rénovation sont, pour une grande partie (minimum de 69 % sans les aides), des opérations financières théoriquement très intéressantes. Notamment si nous les comparons à un taux de 2,5 % d’un contrat d’assurance vie (placement financier permettant à un particulier d’assurer un certain bénéfice à long terme sans forte prise de risque) ».

  • « Les gains sur les coûts des consommations conventionnelles sont de 357 € TTC/an à 12 468 € TTC/an, avec un gain médian de 2 297 € TTC/an. Ramenés à la surface habitable, les gains sur les coûts de consommation vont de 2,3 € TTC/(an.m²) à 58,8 € TTC/(an.m²), avec un gain médian à 16,4 € TTC/(an.m²). Le taux de réduction des coûts de consommation conventionnelle est important : plus de 3/4 des opérations diminuent ce coût de plus de 50 % ».

  • « La valeur après rénovation correspond à la valeur marchande du bien immobilier, en intégrant les travaux d’économie d’énergie, mais sans tenir compte des gains liés aux travaux d’embellissement (exemple : changement de cuisine, de salle de bains, etc.). Avant travaux, la valeur du logement est de 206 k€ TTC soit 1 328 € TTC/m²SHAB. Après travaux, la valeur du logement est de 251 k€ TTC ou 1 616 € TTC/m²SHAB. L’augmentation de valeur liée aux travaux est ainsi de 45 k€ TTC, soit un accroissement de 22 % (…) Dans le détail, le gain en valeur est légèrement supérieur au coût de rénovation. Ainsi, en cas de vente immédiate après la rénovation, les travaux seraient directement rentables. »

Cette rénovation a pour but de limiter au maximum les besoins de chauffage et de climatisation en isolant le bâtiment de manière performante et en améliorant le système de ventilation. Dans un second temps, des équipements de chauffage et de rafraichissement plus performants peuvent être installés.

Pour mener à bien un projet de rénovation énergétique, il faut avoir une vision d’ensemble et pouvoir traiter les interfaces entre les différentes parois et équipements, permettant une meilleure performance et une réduction durable de la consommation énergétique.

Selon le rapport : Cerema (juin 2017). 500 maisons rénovées basse consommation. Enseignements opérationnels des programmes « Je rénove BBC » en Alsace, nous partageons quelques extraits sur leur analyse de la rentabilité des rénovations énergétiques :

  • « Parmi les opérations bénéficiaires « sans les aides », 31 opérations ont des taux de rentabilité interne théoriques qui dépassent les 10 %. Sur l’ensemble de l’échantillon sans aide, la médiane des taux est de 8,2 %. Dans le cas « avec les aides potentielles », 47 opérations ont des taux de rentabilité interne théoriques qui dépassent les 10 %. Sur l’ensemble de l’échantillon avec aide, la médiane des taux est de 10,8 %. En rapprochant les rénovations énergétiques réalisées et des placements financiers sur 30 ans (sur du long terme) dont le taux est à comparer à celui du taux de rentabilité interne calculé, les opérations de rénovation sont, pour une grande partie (minimum de 69 % sans les aides), des opérations financières théoriquement très intéressantes. Notamment si nous les comparons à un taux de 2,5 % d’un contrat d’assurance vie (placement financier permettant à un particulier d’assurer un certain bénéfice à long terme sans forte prise de risque) ».

  • « Les gains sur les coûts des consommations conventionnelles sont de 357 € TTC/an à 12 468 € TTC/an, avec un gain médian de 2 297 € TTC/an. Ramenés à la surface habitable, les gains sur les coûts de consommation vont de 2,3 € TTC/(an.m²) à 58,8 € TTC/(an.m²), avec un gain médian à 16,4 € TTC/(an.m²). Le taux de réduction des coûts de consommation conventionnelle est important : plus de 3/4 des opérations diminuent ce coût de plus de 50 % ».

  • « La valeur après rénovation correspond à la valeur marchande du bien immobilier, en intégrant les travaux d’économie d’énergie, mais sans tenir compte des gains liés aux travaux d’embellissement (exemple : changement de cuisine, de salle de bains, etc.). Avant travaux, la valeur du logement est de 206 k€ TTC soit 1 328 € TTC/m²SHAB. Après travaux, la valeur du logement est de 251 k€ TTC ou 1 616 € TTC/m²SHAB. L’augmentation de valeur liée aux travaux est ainsi de 45 k€ TTC, soit un accroissement de 22 % (…) Dans le détail, le gain en valeur est légèrement supérieur au coût de rénovation. Ainsi, en cas de vente immédiate après la rénovation, les travaux seraient directement rentables. »

Les Aides

L’Etat permet aujourd’hui l’obtention de différentes aides nationales et régionales, certaines sans conditions de ressources. Que vous habitiez dans un logement individuel ou en copropriété, vous pouvez accéder à plusieurs dispositifs : MaPrimeRénov’ alloue ainsi une prime pour financer des travaux de rénovation énergétique. Il y a également l’Agence nationale de l’habitat (Anah), les CEE, mais également l’éco-prêt à taux zéro qui représente également un moyen de financer vos travaux de rénovation énergétique. Nous réalisons les démarches nécessaires auprès des différents organismes, et effectuons la gestion et le suivi de vos demandes de subventions. L’éligibilité des travaux reste l’élément déterminant pour bénéficier de ces aides.